Neolex-Droit et innovation
Par le 28 février 2013

Les Travel d’Or 2013 : le eTourisme entre en scène !

Imaginés par Frédéric Vanhoutte (Eventiz), les Travel d’Or ont  vocation à récompenser tous les ans, depuis 2009, les 15 meilleurs sites de etourisme (http://www.traveldor.travel).

Après une première évaluation de 275 sites menée par quelques 123.000 internautes, c’est désormais autour du jury de sélectionner les 15 sites qui mériteront d’arborer le macaron «Travel d’Or 2013», le 21 mars prochain.

Fonctionnalités, ergonomie, esthétique … sont quelques-uns des critères auxquels s’attacheront les membres du jury, présidé par Jean-Pierre Nadir (Easyvoyage) et réunissant Jacques-Antoine Granjon (Vente-privee.com), Jean-Jacques Bourdin (RMC/BFM), Bertrand Delamarre (Call Expert), Marc Simoncini (Jaïna Capital), Catherine Barba (CatherineBarbaGroup), Antoine Clement (RMC), Anne-Laure Constanza (Envie de Fraises), Francis Reverse (Dégriftour), Yseulys Costes (1000 Mercis), Stéphanie Mundubeltz-Gendron (Journal des Femmes), Serge Trigano (Mama Shelter), Roland Coutas (TravelPrice).

Le respect de la donnée personnelle : premier critère dans le choix de son voyage sur internet !

Aux critères marketing, doivent également venir s’ajouter ceux qui font la différence entre un site internet respectueux de ses e-clients et celui qui ne tient pas compte des engagements contractuels accessibles à tout internaute.
Pour ce faire, en ma qualité d’«Expert juridique» des Travel d’Or depuis 2009, j’ai pu apporter mon expertise en matière de Droit du numérique et rappeler les règles et critères que tout site de etourisme se doit d’afficher.

On n’achète pas sur internet les yeux fermés … tout comme un voyage ne se choisit pas les yeux fermés !

Le minimum d’informations légales qu’un site doit afficher sont les 3 points de la LCEN : le directeur de la publication, la raison sociale de l’éditeur et du site, le nom et l’adresse de l’hébergeur. Sans ces 3 critères de base, point de salut aux yeux des internautes !

Puis, la Déclaration CNIL et la Charte de confidentialité sont des deux «plus» qui indiqueront le niveau de responsabilité du site internet à l’égard de ses utilisateurs.

Enfin, cerise sur le gâteau, lorsque le site tient compte de ces quatre préceptes : l’accessibilité des informations légales, leur lisibilité, la responsabilité légale du site et son engagement vis-à-vis de la confidentialité des données personnelles.

Si tous ces éléments requis ne sont pas clairement indiqués sur le site internet, le futur client doit s’interroger sur l’engagement du site internet en matière de relation contractuelle … et dans un contrat il y a nécessairement deux parties : le e-client et le e-marchand !